Paroles de producteurs

Un système de production biologique : une notion synonyme de durabilité

Un environnement préservé

L’Agriculture Biologique, basée sur l'autonomie des fermes, s'appuie sur les cycles de vie naturels pour produire des denrées alimentaires saines. 

Les pratiques agricoles biologiques présentent des solutions alternatives durables à celles largement répandues de nos jours, à savoir :

  • Protéger les plantes, sans usages de pesticides, ni d'OGM, par la diversification des cultures annuelles et pérennes (prairies), allonger les rotations afin de limiter les infestations parasitaires et adventices.
  • Maintenir la fertilité du sol sans emploi d'engrais de synthèse, en utilisant des engrais organiques (bonne complémentarité des systèmes polyculture-élevage), en intégrant des légumineuses dans la rotation puisque qu'elles fixent l'azote de l'air et fertilisent naturellement le sol.
  • Conserver les espaces naturels, comme les prairies, les haies et les talus qui constituent de véritables réservoirs de biodiversité floristique et faunistique.

  • Préserver la qualité de l'eau :

Le système fourrager des exploitations laitières biologiques repose principalement sur les prairies, sous lesquelles on retrouve une faible concentration en nitrates.

  • Limiter le risque d'érosion :

L'écoulement de l'eau en surface est diminué de 20-30% sur les prairies par rapport aux parcelles implantées en cultures annuelles. Ce phénomène est d'autant plus vrai lorsque les prairies sont incluses dans un maillage bocager, caractéristique des zones d'élevage.

  • Contribuer à la réduction de l'effet de serre :

Les prairies permettent de stocker du carbone.

Le pâturage et l’autonomie diminuent le besoin de mécanisation.

Des exploitations à taille humaine

  • Les fermes adhérentes à Biolait produisent elles-même 90 % de l'alimentation de leurs troupeaux. Ce choix implique une plus grande diversité des cultures, d'où l'emploi d'une main d'oeuvre plus importante par rapport à une ferme conventionnelle de taille identique.

  • Les exploitations sont plus aisément transmissibles, puisque les systèmes sont moins exigeants en capitaux. Les successeurs peuvent ainsi plus facilement pérenniser leur activité. 

  • Ce système de production est moins dépendant des aides allouées dans le cadre de la politique agricole commune européenne ; les exploitations conventionnelles perçoivent plus d'aides publiques que celles en "bio".

Des campagnes vivantes

  • Création d'emplois :

L'Agriculture Biologique emploie en moyenne un tiers de main-d'œuvre de plus par hectare, à structure d'exploitation identique, en raison des pratiques agricoles faisant appel à une plus grande surveillance des troupeaux. À grande échelle, l’Agriculture Biologique serait un formidable outil de revitalisation de tous nos territoires ruraux.

  • Création et conservation locale de la valeur ajoutée :

La commercialisation des produits dans une filière structurée et cohérente voire en circuits courts permet aux producteurs "bio" de maintenir localement la valeur ajoutée ; ils participent ainsi au dynamisme territorial.

  • Un mode de production répondant à une démarche sociétale :

Les producteurs de lait biologique associent des valeurs éthiques à leur production et estiment que produire biologique, c'est anticiper l'avenir. C'est une vision que bon nombre de consommateurs partagent puisque la consommation de produits laitiers biologiques est en constante augmentation.